Les trois types de personnes pour avancer plus vite

La réussite individuelle, même si elle existe est rare. Il est toujours conseillé de bien s’entourer pour maximiser sa progression.

Si notre corps est composé de ce que l’on mange, notre façon de penser est très grandement influencée par l’information que l’on consomme.
Cette information est composée d’une multitude de sources différentes. Si les médias et nos lectures sont importants, les personnes que l’on côtoie au quotidien en fournissent la majeure partie.
On fini par penser comme la moyenne des individus constituant notre entourage immédiat. D’où la nécessité de bien s’entourer.
Lire la suite →

Apprenez à être heureux au travail

Le bonheur au travail est un sujet vaste, mêlant psychologie, philosophie, science des organisations et beaucoup d’autres concepts.

Qu’est ce qui fait que certaines personnes ayant des métiers a-priori rébarbatifs soient heureuses au travail et que le cas contraire soit tout aussi vrai?

On pourrait parler de l’ambiance, du domaine d’activité, des avantages, qui bien sûr ont leur importance mais il existe un moyen simple pour améliorer le ressenti professionnel.

Vous êtes acteur de votre quotidien

Même si l’on évolue chacun dans un cadre laissant plus ou moins la place à l’initiative personnelle, il faut toujours se rappeler qu’il faut rester acteur.
Vous pouvez incriminer votre boss, vos collègues, vos clients, vos fournisseurs, la conjoncture et vous dire que vous êtes une victime.
Vous pouvez aussi prendre le problème à l’envers et dire que vous avez la possibilité de changer la façon dont vous percevez tout cela, que vous avez les clefs en main.
N’attendez pas demain ou un jour meilleur pour commencer. Faites le de suite. Dites-vous que vous le pouvez. Mettez le processus en marche.

Rechercher le challenge

On pourrait croire qu’un bon job est un job tranquille où l’on travaille peu. Il n’en n’est rien. De récentes études en psychologie ont montré que si cela est vrai sur le très court terme, l’impact sur l’estime de soi est désastreux sur une plus longue durée.
Pour améliorer la perception de ce que l’on fait et donc son niveau d’épanouissement, il faut rechercher le challenge.
Quelque-soit le métier il est possible de le trouver. Il faut parfois chercher un peu mais il existe.
Commencez par regarder les aspects suivants de vos tâches quotidiennes:

  • Est-ce qu’il est possible d’en améliorer la qualité, c’est à dire le taux d’erreur?
  • Peut-on l’automatiser, le rendre plus rapide?
  • Peut-on en améliorer l’esthétisme?

Définissez en suite le niveau que vous voulez atteindre. Attention, ne soyez pas trop gourmand, faites que ce soit atteignable. Il sera toujours temps ensuite d’en définir un nouveau plus ambitieux.

Cassez la routine

Si vous avez l’impression que toutes vos journées se ressemblent, il est temps d’y mettre un terme. Posez-vous la question de ce que vous pouvez-faire pour qu’elles se différencient les unes des autres.

Le challenge est une façon d’y parvenir mais il existe d’autres moyens:

  • Demander une formation pour élargir ses compétences
  • Demander à travailler sur d’autres projets ou tâches plus intéressantes
  • Etre volontaire pour former un éventuel nouvel arrivant
  • Proposer une étude, un benchmarking en rapport avec le poste occupé

Soyez créatif, donnez-vous une soirée pour trouver dix idées, gardez les deux meilleures et allez voir votre responsable pour en discuter avec lui.

N’alimentez pas la négativité

Il existe un concept que l’on a tous rencontré, c’est le « train des pensées négatives ». Quand on pense à quelque-chose qui nous énerve, d’autres idées du même genre vont suivre. Cela peut durer un certain temps et drainer toute votre énergie.
Là encore, il y a deux approches possible:

Vous subissez

Vous l’avez deviner ce n’est pas celle que l’on va privilégier.

Vous gérez

Vous catégorisez les choses énervantes ou négatives en deux catégories:

  • Premièrement celles qui appartiennent au passé et/ou sur lesquelles vous ne pouvez plus rien. Dans ce cas oubliez-les. Si cela vous parait difficile, prenez un peu de temps pour réfléchir à un sujet qui vous passionne et vous donne le sourire. A chaque fois qu’une idée négative vous traverse l’esprit, pensez immédiatement à ce sujet passionnant. Ca y est, vous avez fait dérailler le train des mauvaises pensées!

  • Vous pouvez faire une action pour améliorer la situation. Si c’est le cas, continuez d’être acteur et faites ce qui vous semble bon de faire.

Cherchez toujours à apprendre

Investissez en vous. Faites que dans chaque journée de travail, vous appreniez une chose nouvelle. En plus d’être intéressant, cela ne peut qu’améliorer votre attractivité.

Arrêtez d’être à fond

On dit souvent que pour réussir, il faut se donner à fond. Effectivement, cela transmet une belle image de dynamisme. Même si cela apporte des résultats sur le court terme, sur le long terme c’est une grande erreur stratégique.

Note: Ce billet ne prône pas le fait de ne rien faire. Il essaie juste de donner quelques repères pour ne pas s’épuiser et garder l’équilibre.

Vous allez vous épuiser

La vie professionnelle n’est pas un sprint. C’est un marathon. Vous devez gérer votre énergie sur la durée. Trop en faire au début, cela signifie qu’à un moment donné (en général au mauvais), vous allez ressentir le fameux « coup de mou ».
Notre optimisme est directement lié à notre niveau de fatigue. Non seulement vous allez devoir faire face à des obstacles dans un état de fatigue mais en plus ils vous paraitront insurmontables.

Ce rythme va devenir ce que l’on attend de vous

Vous allez être à fond mais vous serez surement le seul à le savoir. Pour votre supérieur et vos collègues, vous serez surement à votre rythme de croisière.
Evidemment, dès que vous allez fatiguer un peu et en faire moins, la perception sera mauvaise car le niveau de référence que tous auront en tête sera erroné.

Plus de marge en cas de besoin ponctuel de faire plus

Arrêter d’être à fond c’est un principe. Comme tout principe, il y a des exceptions. Il faut parfois en faire un peu plus ponctuellement pour relever un challenge et/ou assoir sa position. Si vous êtes déjà au maximum de ce que vous pouvez réaliser, le pied au plancher, vous ne pourrez pas fournir cet effort supplémentaire et nécessaire.

C’est un cercle vicieux

Quand on est à fond, on perd le recul sur les activités que l’on réalise. Du coup on n’optimise pas sa façon de travailler ce qui engendre en retour une nouvelle surcharge.
La spirale peut être infernale et sans fin avec des risques tels que le burnout.
Outre l’impact pour vous même, on voit souvent que lorsque dans une même équipe certaines personnes se mettent à en faire trop, on assiste à une phénomène de surenchère entre collègues. Les effets sont dévastateurs sur le long terme à la fois pour les personnes et pour l’entreprise. Passé une période où le travail fait va augmenter, cela va conduire à un épuisement et à des frustrations qui finiront par ruiner le productivité ET la créativité.

Plus efficace avec MarkDown

Le Markdown est un langage inventé par John Gruber à la base pour le web mais qui peut aussi être utilisé pour beaucoup d’autre choses.
Je l’ai découvert il y a quelques temps, pour écrire des articles de blog (Ce blog est intégralement écrit en MarkDown par exemple).
Au fur et à mesure j’ai commencé à l’utiliser dans un contexte professionnel, pour écrire tout type de documents, du mail un peu structuré au rapport beaucoup plus conséquent.
Une des conséquence de ce changement d’outil fut la rapidité de rédaction. Je me suis surpris à mettre jusqu’à 50% en temps en moins pour écrire certains documents.
Plus surprenant encore la qualité de mes écrits s’était améliorée.

Facile à apprendre

Le grand avantage de MarkDown c’est sa simplicité. Utilisez-le pour écrire un document et vous le maitriserez. Simple ne veux pas dire limité, il convient à a majorité des textes.

Concentrez-vous sur le contenu

L’autre bénéfice du MarkDown c’est que vous vous concentrez sur votre écrit. Rien ne vient perturber le processus créatif. Lire la suite →

De l’importance du message d’absence

Il est de plus en plus commun, lors d’absences diverses de définir sur sa messagerie (mail ou vocale) un message d’absence. C’est en général l’action que l’on fait trop rapidement, au dernier moment, avant de partir. Pour autant, il mérite qu’on lui accorde un peu de temps.

Donner les informations nécessaires pour ne pas être dérangé

Le but des vacances est de se reposer et de déconnecter. Faites donc en sorte de ne pas être dérangé.
Lire la suite →

Bonnes résolutions: bien les choisir pour les tenir

A chaque début d’année, le même rituel revient, celui des bonnes résolutions. Quelques semaines plus tard, un autre rituel apparait, celui de l’abandon de ces mêmes bonnes résolutions.
Ca ne va pas en surprendre beaucoup mais la première chose à faire pour les tenir dans le temps, c’est de bien les choisir. La meilleure des bonnes résolutions est celle qui est facile à mettre en oeuvre, demande un effort minimal et qui améliore considérablement l’aspect que vous voulez développer.

Comme vous allez le voir, c’est une méthode très générique qui peut s’appliquer à beaucoup d’autres domaines.

Définir ses problèmes

Lire la suite →

Comment négocier une augmentation

Anticipez

Avant d’aller voir votre N+1 pour une augmentation, communiquez sur l’avancement de vos projets, donnez de la visibilité à vos succès. Ne vous contentez pas de bien faire votre travail, mettez en valeur ce que vous faites. Il ne faut pas que votre demande se fasse sans que vous n’ayez au préalable créé le contexte favorable pour qu’elle soit acceptée.

Choisir le bon moment

Certaines entreprises ont des périodes fixes pour les demandes d’augmentation, pendant les entretiens annuels par exemple. Quand c’est le cas il est en général inutile d’essayer en dehors de cette période.
Il est également nécessaire de s’adapter au contexte. Si votre entreprise vient d’annoncer de mauvais résultats, il vaudra mieux laisser un peu de temps après. Au contraire, après de bons résultats ou une bonne nouvelle, il est recommandé de surfer sur la vague.

Lire la suite →

Pourquoi vous êtes un paquet de lessive

On pense rarement à se comparez à un flacon de lessive ou un paquet de poudre lavante et pourtant les similitudes sont nombreuses. Même si la comparaison peut paraitre réductrice, se considérer sous cet angle peut vous ouvrir de nouvelles perspectives.

Vous répondez à un besoin

On achète un paquet de lessive car on a du linge sale. On emploie quelque-qu’un pour résoudre un problème (tâche à effectuer, obligation légale, augmenter ses ventes, …). Dans les 2 cas un problème est résolu. Ne vous présentez pas seulement en décrivant ce que vous faites. Expliquez ce que vous apportez et pourquoi votre présence est nécessaire.

Vous avez un prix

Prix de vente pour la lessive ou salaire annuel pour vous. Lire la suite →

Soyez naturel mais synthétique

Et non je ne vais pas vous parler aujourd’hui de salarié BIO (oui c’est la mode et je pourrais surfer un peu dessus). J’espère que vous n’êtes pas trop déçu tout de même…

Je vois tous les jours des personnes qui viennent me parler de leurs problèmes, de leurs idées et qui s’y prennent de la pire des façons. S’il vous plait ne faites plus partie d’eux.

En général c’est clair dans leur tête mais lorsque qu’ils veulent faire passer le message on obtient l’effet suivant: un mikado de mots en vrac vides de sens pour l’interlocuteur. A l’ennui de celui qui écoute, s’ajoute la frustration de voir son message incompris. Lire la suite →

Arrêtez d’être négatif!

Les Français sont très pessimistes de nature. Le problème c’est qu’à force de tout voir en noir (et même en gris) on fini par se persuader que tout est sombre.

J’entends trop souvent des « ca ne marchera jamais », « chômage », « inflation », « baisse du pouvoir d’achat », … Tout plein de petites expressions parfaites pour finir déprimé.

Les gens négatifs et pessimistes sont ennuyeux. Ils vous brisent le moindre espoir et vous transforme un petit nuage en gros ciel plombé.

L’autre inconvénient des gens pessimistes c’est qu’ils sont contagieux. Si vous êtes entourés de personnes ayant cet état d’esprit, même si vous avez le moral, vous n’allez pas le garder longtemps.

Le pessimisme vous épuise votre énergie et vous empêche d’aller de l’avant. Pire encore il modifie la perception de ce qui vous entoure.

Inversez la tendance

La bonne nouvelle est que le contraire est possible. Il suffit d’un peu de bonne volonté pour se dire « maintenant je suis optimiste et positif ». Le cercle vicieux du pessimiste se transforme en cercle vertueux pour l’optimisme.
Parlez avec le sourire, mettez de la chaleur dans votre voix et concentrez-vous sur ce qui va bien plutôt que sur ce qui pourrait aller mal.
Professionnellement, les pessimistes sont les personnes dont la carrière évolue le moins vite. Qui voudrait faire progresser quelqu’un de négatif et qui n’y croie pas?
Vous avez toutes les clefs entre vos mains, alors n’attendez plus! Etre gagnant se travaille et y croire est la première étape.